★ Selection Octobre 2017 ★

Publié le par Chris

★ Selection Octobre 2017 ★

Goran Bregovic - Three letters from Sarajevo (2017)

Le plus célèbre musicien et compositeur bosniaque est de retour avec son orchestre de mariages et enterrements. Sa musique navigue toujours entre la joie et la mélancolie mais cette fois-ci le bateau a pris le large. La base de sa musique reste cuivrée mais les violons et d'autres instruments classiques font leur apparition. Des guests prestigieux viennent chanter en espagnol, arabe, hébreux pour élever le coeur des Balkans vers la sphère internationale.

Prophets of Rage (2017)

Il n'y a jamais de mal sans bien. Trump plonge le monde dans une incertitude et peur sans précédent et inspire les artistes américains. Prophets of Rage, un super groupe formé de membres de Rage Against The Machine, Public Enemy et Cypress Hill vient de s'ajouter à cette immense vague de contestation. Les riffs du guitariste des RATM n'ont pas perdu la fougue et inventivité de leur jeunesse, l'union des voix de Chuck D, B'Real et Zack de la Rocka est puissante, les paroles militantes et contestataires sans arrières pensées commerciales.

The Souljazz Orchestra - Under Burning Skies (2017)

La flamme de souljazz orchestra commence à être de plus en plus visible. Avec Under Burning Skies la fusion afrobeat/sou/jazzl du groupe canadien prend une orientation plus funky et disco. Les genres et les instruments se mélangent avec brio tout en restant proches dans la fonction primaire de la musique, celle qui consiste à s'amuser et à danser !

Introducing Shuggie Otis (2013)

Je ne comprends pas pourquoi la célébrité n'a pas frappé la porte de Shuggie Otis dans les années 70. Il était doué, sa guitare soul/blues/rock faisait des étincelles, ses orchestrations et mélodies étaient parfaites. Peut être parce que son père - Johnny Otis,  un des pères fondateurs du R'N'B - lui faisait trop d'ombre. Justice a été rendue au 21ème siècle avec une série des réeditions de ses albums et la compilation Introducing...qui concentre tout le génie de l'artiste. Mieux vaut tard que jamais.

 

 

Publié dans Monthly selections

Partager cet article

Repost 0

Goran's morality

Publié le par Chris

Goran's morality

(from Goran Bregovic latest album Three Letters From Sarajevo)

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost 0

Lo'Jo - Fonetic Flowers (2017)

Publié le par Chris

Lo'Jo - Fonetic Flowers (2017)

J'aime être surpris par un disque, le garder sans savoir où le classer, découvrir un univers musical nouveau, très loin des courants dominants. Fonetiq Flowers est une rêverie, un patchwork de musiques du monde, d'instruments, de sonorités, de voix et langues différentes.

On commence le voyage avec la voix caractéristique du leader Denis Pean, qui en mode moitié spoken word, moitié chantant déroule ses poésies. Il est rejoint par des coeurs de femmes et enfants, un rappeur suisse et d'autres invités. Le français est dominant - normal, le groupe est d'Angers - mais l'anglais, l'espagnol, l'arabe, le japonais pointent aussi leur nez !

Le piano avec certaines touches electro est au centre de l'orchestre. Les instruments de rythmique classique (percussions, batterie, basse ,contrebasse ) le violon et les cuivres font des apparitions fréquentes. On retrouve même la trompette d'Erik Truffaz ! Plus timides (à mon grand regret) sont les instruments exotiques : kayagum coréen, panduri géorgien, daf iranien, oud.

Fonetiq Flowers est un concentré de musiques du monde revisités sous un angle pop.
Il forme un ensemble très cohérent malgré le côté multidirectionnel de ses chansons.
On est dans un tableau d'un grand maître : les détails sont mis en valeur individuellement par le jeu des couleurs, textures et rythmes choisis et en même temps ils fusionnent parfaitement dans l'ensemble. Le disque se termine avec le murmure d'une voix japonaise très sensuelle. Je ne sais pas ce qu'elle dit mais je sais qu'elle me donne très envie de retourner au début, pour écouter en boucle ce chef d'oeuvre ! Et aller piocher dans la riche discographie des Lo'Jo pour retrouver d'autres pépites...

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Tony Allen - The Source (2017)

Publié le par Chris

Tony Allen - The Source (2017)
Blue note ne s'est pas trompé une fois de plus !
Le pari de produire le mariage du parrain de l'afrobeat avec un jeune groupe de jazz aurait pu paraître risqué. Mais avec Tony Allen il n'y a aucun risque, il vit une deuxième jeunesse depuis le début du 21ème siècle. Comme Miles Davis ou David Bowie, il se régénère au contact de jeunes musiciens en multipliant les collaborations et des projets géniaux comme The Good, the Bad & the Queen ou Rocket Juice and the Moon.
 
Pour son dernier opus, The Source, il a choisi un ensemble de musiciens français inconnus du grand public mais débordant de talent et de maîtrise de leurs instruments. On n'est pas dans du jazz classique, proche des sources de Tony Allen, le bebop intello et inaccessible pour le commun des mortels est très loin.
On est dans le jazz festif, dans les parades de la Nouvelle-Orléans : Tantôt sous la forme de soul-jazz, tantôt funky, groovy, pêchu et dansant. L'afrobeat reste discret. Le phrasé des cuivres est direct. La section rythmique tenue par le maître captive l'auditeur et le pousse sur la piste de danse. Cerise sur le gâteau, le son qui est à 100% analogique, de l'enregistrement jusqu'au mixage et mastering. Elémentaire pour un retour aux sources, un must pour les amateurs de vinyle !
 
La source est brillante, cristalline, métissée, colorée. Comme la jeunesse nigérienne de ce grand monsieur, bercée par le jazz américain et le folklore local. La source est vivante, comme l'art de Tony Allen, qui s'élève de plus en plus pour rejoindre ses maîtres au panthéon des batteurs.

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

★ Selection Septembre 2017 ★

Publié le par Chris

★ Selection Septembre 2017 ★

The Gun Club - Fire of Love (1981)

Gun Club fait partie de ses groupes mythiques inconnus du grand public qui ont marqué l'histoire de la musique. Leur mélange de punk - blues au début des années 80 était stupéfiant. D'une simplicité déconcertante et d'une puissance redoutable, Fire of Love est une étoile brillante dans cette décennie mal aimée et jugée trop souvent de façon injuste.  


Interpol - Our love to admire (2007)

Le courant de rock alternatif/indépendant crée par REM, Pixies, Violent Femmes et autres "grands" groupes (au sens artistique et pas commercial) des années 80 n'a pas arrêté de grandir. Interpol ont pris le flambeau 20 ans plus tard et accouchèrent en 2007 un bébé d'une beauté divine. Tout est parfait, l'équilibre entre les différents morceaux, les mélodies, la production, l'artwork mettant en scène des animaux sauvages.


The Doors - In Concert (1991)

Les Doors étaient des Dieux, un savant mélange de poésie, de théâtre et de musique qui n'a pas encore été reproduit et encore moins égalé. Leur côté théâtral était surtout visible et audible pendant leurs concerts. Jim Morisson s'autodétruisait constamment depuis leurs débuts mais lorsqu'il était en forme - soit avec moins de 3 grammes d'alcool - il survolait ses concerts. Il savait parler et canaliser les foules, son charisme était hors norme (A tel point que l'Amérique puritaine s'est dressé face à lui en lui déclarant une guerre injuste après le fameux concert de Miami).
In Concert est une compilation de morceaux live d'anthologie, qui couvre la période du sommet des Doors, de 1968 à 1970. On y trouve Light my Fire, Roadhouse Blues, Unknown soldier, The End, Moonlight Drive, le poème de la célébration du Lézard (si cher à Jim) et des énormes reprises de Gloria, Little Red Rooster ou Who do you love. La crème de la crème, les portes de la perception n'ont jamais été aussi ouvertes !

Peter Tosh - Legalize it (1976)

L'ex acolyte de Bob Marley se lance en solo en 1976 avec un très bon premier album qu'il compose et produit. 'Legalize it' n'est pas qu'un cri de protestation face à la répression de la police jamaïcaine au cannabis. C'est un vecteur de la culture rastafarienne, un joint d'amour et de paix aussi bon que les meilleurs Bobs !

Publié dans Monthly selections

Partager cet article

Repost 0

Bohemian Rhapsody (1975)

Publié le par Chris

Bohemian Rhapsody (1975)

  Bohemian Rhapsody a fait couler beaucoup d'encre depuis 1975. Le chef d'oeuvre absolu de sa majesté la Reine. Le bébé de Freddie, le monstre à trois têtes. Une ballade, une envolée d'opéra et un feu d'artifice rock. Dans le processus créatif de Queen, il arrivait que deux morceaux soient fusionnés à leur naissance : One Vision/A kind of Magic, The Kiss/Football fight, A new life is born/Breakthru etc. Mais ils étaient toujours séparés.

  En 1975 le dieu Mercure et ses copains ont composé leur rhapsodie de six minutes en trois actes inséparables. Les conditions d'écriture aux sessions de A night at the Opera étaient très particulières. Queen avaient viré leur manager véreux et voulaient réussir à percer musicalement et financièrement parlant. Depuis 1971 ils avaient beaucoup travaillé et n'avaient pas eu de juste récompense. Et Freddie était en plein divorce avec sa copine Mary Austin et essayait d'assumer son homosexualité dans une société souvent hostile et une famille d'immigrés perses très traditionnelle.

  Bohemian Rhapsody n'est ni plus ni moins son coming-out. Les paroles ne sont pas à prendre au premier degré évidemment mais les allusions et images sont claires. Il tue son côté hétéro et fait face à sa réalité homosexuelle. Il lutte avec sa famille, son ex qui ne veulent sans doute pas le laisser prendre cette direction. Bismillah (nom de dieu), on ne te laissera pas partir! On va lutter contre cette monstruosité. Deux personnages loufoques de l'opéra, Scaramouche et Figaro l'inspirent. Normal ! Galilée aussi, ce génie qui s'était battu pour faire admettre à des esprits obtus une évidence :Que la terre était ronde. Et finalement il se lance, suit la direction de son coeur, de sa passion qui le dévora par la suite.

*************** 1er Acte - Le constat  ***************

Est-ce que c'est la vraie vie ou c'est une fantaisie ?
pris dans un glissement de terrain, pas d'échappatoire
ouvre tes yeux, regarde les cieux
je suis juste un garçon malheureux, je n'ai pas besoin de pitié
c'est la vie avec ses hauts et ses bas
De toute façon la direction du vent n'a pas vraiment d'importance pour moi.

Maman je viens de tuer un homme
j'ai posé l'arme contre sa tête
j'ai appuyé sur la gâchette et maintenant il est mort

Maman ma vie vient de commencer  
Mais maintenant j'ai tout jeté et je suis parti
Oh maman, je ne veux pas te faire pleurer
Si je ne suis pas encore rentré cette fois
Demain continue continue comme si de rien n'était

Trop tard, mon heure a sonné
J'ai des frissons dans le dos, mon corps est douloureux
Au revoir tout le monde, je dois partir
Je dois vous laisser et faire face à la verité
Oh maman, je ne veux pas mourrir
Quelques fois j'aurais aimé ne jamais avoir été né

***************  Deuxième acte - la lutte  ***************

[Je vois une petite silhouette d'un homme]
Scaramouche, Scaramouche est-ce que tu vas danser (le fandango)?
[Foudres et coups de tonnerre]
J'ai très très peur...
Galilée, Galilée, Figaro...magnifiques !
Mais je suis juste un pauvre garçon d'une famille modeste
[C'est un pauvre garçon d'une famille modeste]
Epargnez-le de cette monstruosité
[C'est la vie]
Laissez-moi partir
Au nom de Dieu, Non, on ne te laissera pas partir
Laissez-le partir !...
On ne te laissera pas partir
Laissez-moi partir !

Ma mère, ma mère laisse-moi partir
Le diable est entré dans mon corps.

 
*************** Troisième acte - La délivrance ***************

Alors comme ça tu crois que tu dois me lapider et me cracher dessus ?
Alors comme ça tu crois que tu peux m'aimer et me laisser mourrir ?
Oh bébé, tu ne peux pas me faire ça
Je dois juste sortir, Je dois juste partir d'ici.

rien n'a vraiment d'importance
tout le monde le voit
rien n'a vraiment d'importance
rien n'a vraiment d'importance pour moi.

Quelle que soit la direction du vent.

 

Publié dans Tracks

Partager cet article

Repost 0

★ Selection Juin 2017 ★

Publié le par Chris

★ Selection Juin 2017 ★

Cigarettes after Sex  (2017).

On n'aurait pas pu trouver de meilleur nom un groupe de dream pop !
On est dans un rêve, dans la brume nocturne, dans la fumée (des cigarettes après l'amour), dans une ambiance veloutée, esquissée par la voix androgyne et la guitare du leader, Greg Gonzales. Un premier album très sensuel d'un groupe texan à suivre de près.
 

Meta Meat - Metameat (2016)

Metameat est une crête expérimentale, la fusion de l'électronique avec l'industriel.
C'est le premier album d'un duo français qui oscille entre la France et l'Allemagne, les pays de l'avant garde electro. Hugues Villette et Phil Von - les deux compères au passé très riche en projets musicaux - ont choisi un chemin non-balisé, escarpé, rocailleux, ascendant. Loin des routes accessibles, plates et commerciales. On est dans une forme d'art instinctive, primitive, viscérale, inspirée et susceptible d'inspirer à son tour. Une pure beauté noire, inquiétante, obsédante, accélérateur de rythmes cardiaques et de pulsations !

 
Roger Waters - Is this the life you really want ? (2017)

Après 25 années de silence, le leader naturel des Pink Floyd fait son retour discographique. Il ne faut pas s'attendre à un nouveau sommet floydien ou à une suite de l'excellent 'Amused to Death'. Il faut s'attendre à une oeuvre apaisée et une plume toujours aussi fine, acérée, militante. Parsemée de phrases sages comme celle qui ouvre l'album : "If I had been god, I would've rearranged the veins in the face to make them more resistant to alcohol". C'est bon de savoir qu'un des derniers génies du rock est toujours dans la vie active ! Comme un grand père toujours debout, comme une source musicale intarissable.


Betty Ditto - Fake Sugar (2017)

Le milieu du rock est définitivement macho et très peu de femmes ont réussi à percer.
Miss Ditto continue dans la voie tracée par Janis, Patti Smith ou Debbie Harry.
Fake Sugar est révélateur de sa voix aux envolées caractéristiques et de son talent de composer des morceaux d'une simplicité et d'une efficacité déconcertante !

Publié dans Monthly selections

Partager cet article

Repost 0

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

Publié le par Chris

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

OK Computer n'est pas seulement le meilleur album de Radiohead. C'est un album majeur des années 90, et de la musique pop en général. Un géant capable de se mesurer au Sergent Pepper des Beatles, à A night at the Opera de Queen ou au Joshua Tree des U2. 20 ans ont passé depuis sa première sortie et il n'a pas pris une ride. Au contraire même...Pour la fête de la musique, Tom Yorke et sa bande nous ont offert une ré-édition géniale. L'album remasterisé avec son frère caché NOTOK !!! 10 morceaux supplémentaires des sessions 'OK Computer'. Trois inédits sublimes (dont on se demande pourquoi ils n'étaient pas présents à l'original) et 7 faces B d'une beauté radioheadienne...De quoi balayer les ré-editions anniversaires d'autres groupes qui se foutent de la gueule de leurs fans en leur proposant des versions alternatives douteuses pour un prix exorbitant.

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Seu Jorge - The life aquatic / A tribute to David Bowie (Olympia 31/05/2017)

Publié le par Chris

Seu Jorge - The life aquatic / A tribute to David Bowie (Olympia 31/05/2017)

On l'attendait plus d'une heure. La DJ qui assurait la première partie, passait des grooves brésiliens mais n'arrivait pas à convaincre le public. L'entracte avant le spectacle n'a pas arrangé son impatience.

Et là, les lumières s'éteignent et devant le rideau rouge de l'Olympia arrive un petit gars avec son bonnet de l'équipage Zissou pour nous faire un petit discours de présentation. A l'ancienne ! On était scotché lorsque le rideau s'est levé. Une estrade, une chaise, un décors marin minimaliste et au fond l'ombre de Ziggy. Rien d'autre. Et le type arrive avec sa tenue tirée du film 'Aquatic Life', son bonnet et sa guitare. Seul comme un grand, comme un équilibriste sans filet. 

Et la magie a opéré tout de suite. Facile lorsqu'on s'appelle Seu Jorge, entre la France et le Brésil c'est le grand amour! A cet amour s'est ajouté la beauté de l'homme, sa voix divine, son jeu de guitare décontracté, son charisme et surtout l'étoile de David qui était au dessus de lui pendant tout le concert. 

Pour les Marseillais, il passe à la cité phocéenne le 8 et 9 Juin, ne le ratez pas !! C'est un spectacle unique, un hommage magistral à celui qui a tant fait rêver, chanté, dansé le monde. 

Seu Jorge - The life aquatic / A tribute to David Bowie (Olympia 31/05/2017)

Publié dans Live

Partager cet article

Repost 0

★ Selection May 2017 ★

Publié le par Chris

★ Selection May 2017 ★

Body count - Bloodlust (2017)

Ice T restera dans les annales de la musique comme rappeur mais surtout comme leader de l'unique groupe black de metal hardcore, Body Count.  Crée dans les années 90 avec un guitariste doué - Ernie C - et des musiciens noirs, il avait fait beaucoup de bruit avec son premier album légendaire, Cop Killer. Presque 25 ans plus tard BC font toujours autant de bruit. La batterie sonne toujours comme une mitraillette, les riffs de guitare sont toujours aussi efficaces (même si Ernie C est parti de ce monde). Et Ice T utilise toujours la même langue acérée pour défendre les opprimés et les minorités. Cerise sur le gâteau, les guests Max Cavalera et Dave Mustaine + une énorme reprise de Slayer, Raining in blood...Ames sensibles s'abstenir !!


Lovely Creatures - The best of Nick Cave and the Bad Seeds (2017)

Nick Cave en a fait de belles choses avec les Mauvaises Graines de 1984 à 2014, la période que couvre cette compilation. Du punk, des ballades tueuses, du rock à la marge des chemins commerciaux. Une quinzaine de musiciens et compositeurs talentueux se sont succedés derrière les instuments de cette bande.
Un seul dénominateur commun: Nick Cave et sa folie, sa singularité, son côté sombre
et lumineux. Et la musique, le son, les paroles, les poèmes d'un très grand groupe.  

Brian May and Kerry Ellis - Golden Days (2017)

Le guitariste de Queen, Brian May s'est associé avec Kerry Ellis - une chanteuse britannique - pour nous offrir un album sublime de reprises et de nouvelles chansons. La voix et la guitare se connaissent depuis 2013, lorsqu'ils avaient fait une tournée acoustique à travers le monde. Brian semble avoir trouvé une partenaire de taille, suffisamment douée pour "remplacer" Freddie ! Avec la sortie imminente d'un nouvel album solo de Roger Taylor, les ex-Queen sont plus que jamais vivants...  

 -M-, Fatoumata Diawara, Toumani et Sidiki Diabaté - Lamomali (2017)

En regardant la pochette, le jeu de mots est facile à deviner, le but de l'album aussi. Fusionner le blanc et le noir a déjà été entrepris dans le passé à maintes reprises. Mais pas avec autant de brio! M, épaulé par Fatoumata Diawara, Toumani et Sidiki Diabaté + ses guests de haut niveau (Oxmo Puccino, Jain, Youssou D'Dour etc) ils ont réussi à créer le futur de la world music. Un espace où le son traditionnel d'une kora peut côtoyer n'importe quel instrument, n'importe quelle voix, n'importe quel genre musical.
L'ensemble reste uni, cohérent, émouvant, dansant et s'écoute d'une traite ...

 

Publié dans Monthly selections

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>