37 articles avec albums

Lo'Jo - Fonetic Flowers (2017)

Publié le par Chris

Lo'Jo - Fonetic Flowers (2017)

J'aime être surpris par un disque, le garder sans savoir où le classer, découvrir un univers musical nouveau, très loin des courants dominants. Fonetiq Flowers est une rêverie, un patchwork de musiques du monde, d'instruments, de sonorités, de voix et langues différentes.

On commence le voyage avec la voix caractéristique du leader Denis Pean, qui en mode moitié spoken word, moitié chantant déroule ses poésies. Il est rejoint par des coeurs de femmes et enfants, un rappeur suisse et d'autres invités. Le français est dominant - normal, le groupe est d'Angers - mais l'anglais, l'espagnol, l'arabe, le japonais pointent aussi leur nez !

Le piano avec certaines touches electro est au centre de l'orchestre. Les instruments de rythmique classique (percussions, batterie, basse ,contrebasse ) le violon et les cuivres font des apparitions fréquentes. On retrouve même la trompette d'Erik Truffaz ! Plus timides (à mon grand regret) sont les instruments exotiques : kayagum coréen, panduri géorgien, daf iranien, oud.

Fonetiq Flowers est un concentré de musiques du monde revisités sous un angle pop.
Il forme un ensemble très cohérent malgré le côté multidirectionnel de ses chansons.
On est dans un tableau d'un grand maître : les détails sont mis en valeur individuellement par le jeu des couleurs, textures et rythmes choisis et en même temps ils fusionnent parfaitement dans l'ensemble. Le disque se termine avec le murmure d'une voix japonaise très sensuelle. Je ne sais pas ce qu'elle dit mais je sais qu'elle me donne très envie de retourner au début, pour écouter en boucle ce chef d'oeuvre ! Et aller piocher dans la riche discographie des Lo'Jo pour retrouver d'autres pépites...

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Tony Allen - The Source (2017)

Publié le par Chris

Tony Allen - The Source (2017)
Blue note ne s'est pas trompé une fois de plus !
Le pari de produire le mariage du parrain de l'afrobeat avec un jeune groupe de jazz aurait pu paraître risqué. Mais avec Tony Allen il n'y a aucun risque, il vit une deuxième jeunesse depuis le début du 21ème siècle. Comme Miles Davis ou David Bowie, il se régénère au contact de jeunes musiciens en multipliant les collaborations et des projets géniaux comme The Good, the Bad & the Queen ou Rocket Juice and the Moon.
 
Pour son dernier opus, The Source, il a choisi un ensemble de musiciens français inconnus du grand public mais débordant de talent et de maîtrise de leurs instruments. On n'est pas dans du jazz classique, proche des sources de Tony Allen, le bebop intello et inaccessible pour le commun des mortels est très loin.
On est dans le jazz festif, dans les parades de la Nouvelle-Orléans : Tantôt sous la forme de soul-jazz, tantôt funky, groovy, pêchu et dansant. L'afrobeat reste discret. Le phrasé des cuivres est direct. La section rythmique tenue par le maître captive l'auditeur et le pousse sur la piste de danse. Cerise sur le gâteau, le son qui est à 100% analogique, de l'enregistrement jusqu'au mixage et mastering. Elémentaire pour un retour aux sources, un must pour les amateurs de vinyle !
 
La source est brillante, cristalline, métissée, colorée. Comme la jeunesse nigérienne de ce grand monsieur, bercée par le jazz américain et le folklore local. La source est vivante, comme l'art de Tony Allen, qui s'élève de plus en plus pour rejoindre ses maîtres au panthéon des batteurs.

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

Publié le par Chris

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

OK Computer n'est pas seulement le meilleur album de Radiohead. C'est un album majeur des années 90, et de la musique pop en général. Un géant capable de se mesurer au Sergent Pepper des Beatles, à A night at the Opera de Queen ou au Joshua Tree des U2. 20 ans ont passé depuis sa première sortie et il n'a pas pris une ride. Au contraire même...Pour la fête de la musique, Tom Yorke et sa bande nous ont offert une ré-édition géniale. L'album remasterisé avec son frère caché NOTOK !!! 10 morceaux supplémentaires des sessions 'OK Computer'. Trois inédits sublimes (dont on se demande pourquoi ils n'étaient pas présents à l'original) et 7 faces B d'une beauté radioheadienne...De quoi balayer les ré-editions anniversaires d'autres groupes qui se foutent de la gueule de leurs fans en leur proposant des versions alternatives douteuses pour un prix exorbitant.

OK Computer 1997-2017 OKNOTOK

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Les Sages Poètes De La Rue - Art Contemporain (Mars 2017)

Publié le par Chris

Les Sages Poètes De La Rue - Art Contemporain (Mars 2017)

ça faisait longtemps que je l'attendais celui-là ! Le dernier album des Sages Poètes.
L'art contemporain est une bombe, un album avec un A majuscule. Une écoute, la première et hop s'est emballé dans la tête. Comme un coup de foudre. Pas besoin de deuxième, troisième chance, on l'adopte sinon on risque de passer à côté de l'album hip hop français de 2017.
(Année qui promet d'être révolutionnaire, en France et par extension en Europe et dans notre terre malmenée).
Poétique comme d'habitude, parsemé de mélodies subtiles et aériennes, des lignes de basse efficaces, de voix distordues, de speechs militants, de guests brillants (IAM & Guizmo), servi par le légendaire trio de Boulogne-Billancourt. Zoxea, Dany Dan et Melopheelo. Les sages poètes qui sont partis à la recherche du rap perdu et qui l'ont trouvé ! Et Ré-inventé. Ré-modelé. Ré-looké. Le coeur du hip hop français bat du côté du 92, BB forever :-)

PS: Ne faites pas ma bêtise, allez les voir, ils sont en tournée actuellement dans toute la France avec Assassin, Busta Flex, Menelik, Ministere Amer, Sages Po etc ...

Les Sages Poètes De La Rue - Art Contemporain (Mars 2017)

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

The Doors - Live at the London Fog (1966)

Publié le par Chris

The Doors - Live at the London Fog (1966)

J'ai ouvert ce beau coffret avec une attention religieuse. Pour moi il ne s'agissait pas d'un album normal mais d'une relique. Une page d'un évangile perdu et longtemps recherché, une pièce d'histoire. Offerte par un de mes groupes préférés à l'occasion de son 50ème anniversaire. Le live at the London Fog de 1966 est le premier concert enregistré des Doors.
Toute la bande son du concert n'a pas été retrouvée, hélas... On n'a qu'une demi heure avec deux compositions du groupe (Strange Days, You make me real) et cinq magnifiques reprises de blues/rock.

A l'époque, au printemps 1966, ils étaient loin (et très près) de leur Break on through.
Ils jouaient dans des petits clubs miteux de LA, en espérant attirer l'attention des promoteurs des salles de concerts célèbres. La concurrence était rude dans la ville des anges, les groupes qui prétendaient être les Beatles américains foisonnaient.

Mais le feu des Doors a tout de suite pris. En écoutant cet enregistrement live on comprend pourquoi leur succès était foudroyant. Jim avait déjà son aura, sa voix exceptionnelle (et son harmonica fétiche) ! Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore formaient un trio hors compétition. Leur background jazzy et leur très haut niveau musical ont vite défini leur son unique et identité musicale. 
Dès leurs débuts ils étaient prêts pour la conquête de l'Ouest !

(qui arriva une année plus tard)

The Doors - Live at the London Fog (1966)

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Janis Joplin - Pearl [legacy edition 2005]

Publié le par Chris

Janis Joplin - Pearl [legacy edition 2005]

Pearl  était le surnom préféré de Janis. C'était également son dernier album sorti à titre posthume en 1971, son chef d'oeuvre. Le sommet ultime de sa brève carrière, le chant de cygne de la première étoile féminine du rock. Son destin a voulu que l'année de sa mort (1970) soit son année de renaissance musicale. Elle avait réussi à sortir du cercle autodestructeur des drogues et pour la première fois elle avait SON groupe. Pas un groupe auquel elle s'était greffé (the Holding Company), pas un groupe que son producteur lui avait imposé (Kozmic Blues band) mais un groupe dont elle avait choisi les membres: The Full Tilt Boogie. 4 Canadiens et un batteur américain qui lui allaient comme un gant. Et elle, plus belle que jamais, avec sa voix qui avait gagné en technique et qui partait explorer les territoires soul/folk/country.

  "The legacy edition" va au delà du sommet. On est dans les nuages qui l'entourent, on gagne en hauteur, on se rapproche de Dieu !
Outre une belle série de joyaux (dont une version acoustique de Bobby McGee et une version alternative de Cry Baby avec une improvisation de spoken word au milieu à tomber par terre), on a droit à un sublime disque live tiré du Festival Express Tour au Canada.
Une tournée canadienne mythique de l'été 70 où de grands artistes (Janis, Grateful Dead, Buddy Guy, The Band ...) avaient sillonné en train le territoire canadien d'est en ouest pour quelques dates et des soirées sur les rails à discuter, boire où à jouer de la musique dans les wagons prévus à cet effet.
Pour le plus grand malheur des autorités canadiennes d'époque et le plus grand bonheur des groupies, du staff et de tous les fans de rock.
 

Janis Joplin - Pearl [legacy edition 2005]

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Amadou et Mariam - Dimanche à Bamako (2004)

Publié le par Chris

Amadou et Mariam - Dimanche à Bamako (2004)

Si la world music était une religion, Manu Chao serait incontestablement un de ses prophètes et Dimanche à Bamako une de ses pièces maîtresses. Bien que cet album soit crédité à Amadou et Mariam, il peut très bien être rangé dans la discographie de Manu, tellement sa présence en tant que compositeur, producteur, vocaliste est importante.

Les arrangements et la production sont sublimes, la musique est à mi-chemin entre le traditionnel africain et le rock occidental, les paroles sont naïves et captivantes.
Pour le couple aveugle du Mali, c'est un rêve qui devient réalité.
Passer de l'ombre à la lumière, sortir des quartiers de Bamako pour conquérir la scène internationale. Éclairer le monde en traçant de nouvelles voies, mettre en valeur un continent qui a un énorme potentiel et une richesse musicale incroyable...

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Jack White - Acoustic Recordings (1998-2016)

Publié le par Chris

Jack White - Acoustic Recordings (1998-2016)

Jack est un Dieu vivant. Depuis la fin des 90 où il a commencé à décoller avec les Whites Stripes, il n'a pas arrêté de composer et de produire une musique exceptionnelle, inventive, non-commerciale, puisant son inspiration du blues et du folklore américain. Tantôt sous son nom ou celui de ses groupes, tantôt en prenant sous son aile - celui de son label Third Man - une multitude d'artistes connus et inconnus.

Sur ce double disque on retrouve toute son essence. Les amplis et guitares électriques sont débranchés. Juste lui, sa voix et celle de ses invités, sa guitare, quelques percussions minimalistes et autres instruments acoustiques.
Le résultat est bluffant, d'une rare beauté. Pendant une heure et demi la bouche reste ouverte, les oreilles sont tendues, les pieds tapent par terre, les yeux se ferment et l'esprit voyage.

A consommer sans modération !

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Led Zeppelin - In through the out door (1979)

Publié le par Chris

Led Zeppelin - In through the out door (1979)

In through the out door est le chant de cygne de Led Zeppelin, un des derniers souffles du rock grandiose des années 70. En pleine période d'explosion punk/disco, les sessions d'enregistrement de cet album étaient très difficiles pour les 3/4 du groupe : Jimi Page et John Bonham se battaient pour s'en sortir de l’héroïne et de l'alcool. Robert Plant à peine guéri de son accident de voiture qui le cloua pendant plusieurs mois dans un fauteuil roulant, essayait de surmonter la mort tragique de son fils (survenue pendant la tournée américaine de 1977). Seul John Paul Jones - le bassiste/claviériste - allait bien, chose qui le poussa à prendre les commandes du dirigeable.

Le résultat est exceptionnel, en rupture avec les précédents opus zeppeliniens. Les morceaux partent dans toutes les directions. Ils sont moins heavy, plus pop/rock. Page est beaucoup plus discret, la dégradation de son physique et la mode punk le poussa à laisser de côté ses longues envolées lyriques et aller droit au but. Les claviers et arrangements de John Paul Jones sont omniprésents, donnant toute la magie au son de l'album. La voix de Robert Plant couvre un spectre de sentiments très large, on y retrouve de la tristesse, de l'apaisement, de l'amour, de l'agressivité. La batterie de 'Bonzo' toujours aussi géniale.

Aucun membre de Led Zeppelin ne pouvait prévoir la fin tragique de John Bonham et leur groupe, survenue une année plus tard. Ils étaient déboussolés, cela faisait 3 ans qu'ils n'étaient pas entrés en studio et leur dernière tournée aux States était catastrophique. Ils voulaient sans doute prendre un nouveau départ. Entamer un virage dans un paysage musical en pleine mutation. Entrer dans les années 80 avec un son et des idées nouvelles, tout en gardant leur identité. Leur volonté était d'aller de l'avant sans se répéter, pousser leur musique vers des chemins inexplorés.
Ce fut le cas mais malheureusement la majorité des fans et critiques passèrent à côté de cette œuvre largement sous-estimée !

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

The Mars Volta - Amputecture (2006)

Publié le par Chris

The Mars Volta - Amputecture (2006)

La musique est un art et comme tout art qui se respecte, il contient des œuvres mal aimées, avant-gardistes, incomprises ... à tort !
Amputecture fait partie de ses œuvres. Sorti en 2006, le troisième opus de Mars Volta a été descendu par les critiques et une bonne partie des fans du groupe. On a parlé de masturbation musicale, de bruits qui donnent la migraine, de test de patience, de musique chaotique.
La réalité est tout autre.
La pièce maitresse de cet album est la guitare de John Frusciante, ex-membre de Red Hot Chili Peppers. Tantôt plaintive, agressive, psychédélique, classique (avec un superbe morceau de flamenco qui s'autodétruit à la fin), noisy, bluesy, elle n'arrête pas de nous surprendre. La section rythmique, la voix et autres instruments la suivent de près dans ses prouesses.
On n'est pas dans le easy listening, il n'y a pas de chansons commerciales pour les masses. On est face à un tableau expressionniste, les amateurs de guitare apprécieront !

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>